Cédric
Marmey

Parcours

Ah qu’il semble loin mon début de carrière (attention je ne suis pas le plus vieux de l’équipe hein !). Belle journée automnale, l’air est frais et quelques rayons de soleil transpercent un ciel pourtant bien gris, en cette belle année 2006 je deviens officiellement le nouveau numéro d’une grande ESN. Mon parcours suit alors une courbe assez classique, ingénieur de développement, petits projets, gros projets, longues nuits de boulot puis chef de projet… Finalement non, je n’ai pas envie d’être chef de projet, je serai architecte. Heureusement, cette histoire assez banale est perturbée par la rencontre d’un gourou nommé David. Outre les aspects techniques du domaine c’est surtout la qualité humaine de l’homme qui me convainc de le suivre dans son aventure parisienne au sein d’une structure toute belle, toute neuve et pleine d’ambitions ! Mais l’heure n’est pas encore à MiddleWay et je ne vis pas des soirées parisiennes. Notre projet commun ne sera pas parisien, il sera, dans un premier temps, lyonnais et se nommera MiddleWay.

Missions
au quotidien

Mon quotidien est avant tout rythmé par les dialogues, les échanges et les analyses qui nous amènent à la compréhension des métiers de nos clients. Cette appropriation de la culture métier et des complexités fonctionnelles identifiées nous permettent ensuite d’isoler les informations nécessaires à la mise en place des flux d’informations internes ou externes à l’entreprise. En fonction de la nature des flux à implémenter, nos missions d’architectes et de conseil consistent à préconiser la meilleure solution technique à implémenter en conservant comme ligne directrice la modularité du flux, sa scalabilité ainsi que sa performance. Enfin, j’encadre et je participe à la phase de réalisation, de test et de packaging/déploiement me permettant de rester au plus près des problématiques d’implémentation rencontrées et de conserver une légitimité technique.
Cédric Marmey

middleway
pour toi

Un environnement professionnel qui nous épanouit au niveau personnel. Ici on bosse dur, on s’arrache les cheveux et on râle parfois mais l’ambiance et la solidarité générale nous permettent de réaliser un travail qu’aucun n’aurait pu imaginer accomplir.

Ta devise
dans la vie

La bonne humeur passe dans l’âme de ceux qui l’approchent. 

Let’s talk

Mettre les données
en mouvement
pour toi,
ça veut dire quoi ?

La mise en mouvement des données se résume en 4 points clés :
  • Les danseurs : l’identification des acteurs. L’étape initiale, il s’agit ici de répertorier les gisements de données et d’en extraire les informations importantes puis d’en appréhender les spécificités de chacune (nomenclature, sécurité, sensibilité…).
  • La musique : la définition du rythme. L’étape essentielle, la définition même de la nature du flux à implémenter, les étapes à enchaîner, leurs dépendances et leurs fréquences afin de créer le spectacle final.
  • L’animation : la diffusion des informations. L’étape tant attendue, la libération de l’information initialement enfermée dans une application qui peut maintenant suivre les scénarios imaginés et se diffuser au travers du système d’information de l‘entreprise et en dehors.
  • La supervision : assurer le spectacle et sa représentation. L’étape complexe, s’assurer que le spectacle ne soit jamais interrompu, que les cas d’erreur et les cas spécifiques soient traités correctement et enfin garantir, quoi qu’il arrive, que le spectacle reprenne au plus vite en cas de problème non maîtrisable.